XMasquer le texte

Amis chemins

AMIS CHEMINS // 25 juin-2 juillet 2011 // Galerie de l’espace culturel de Nangis

AMIS CHEMINS

Après 2 ans de résidence à Nangis, cette exposition a retracé en mots et en images divers projets menés durant la saison 2011 autour des thématiques de la cartographie et de la promenade, avec la complicité d’habitants et de structures locales : les enfants du centres de loisirs la Jouerie, une classe de CE2 et une classe de CM2 de l’école élémentaire des Rossignots ainsi que les participants à nos ateliers d’écriture La Rêverie des Rues.

En opposition aux grands axes ou routes principales, Edwine Fournier (chorégraphe), Sophie Hutin (plasticienne) et les enfants du Centre de Loisirs La jouerie ont exploré lors de promenades les chemins de traverse et sentiers détournés : « passage, sente, lacet, ruelle, raidillon, venelle, cul de sac, servitude, impasse,patte d’oie... » Le regard aiguisé, les enfants ont ensuite joué avec la trace plastique et corporelle de leurs expéditions et retranscrit la mémoire de ces petits voyages sous forme de cartographies au sol. Ce labyrinthe qui a servi d’espace à investir par la danse a servi de fil conducteur à la scénographie de l’exposition.

Un autre projet, mené avec deux classes de l’école des Rossignots, a lui aussi présenté. À partir d’observation de cartes, d’extraits de cadastres, ou de photographies aériennes, de promenades dans leur environnement proche, les enfants, guidés par André Lamourère (plasticien) et Bernard Sultan (écrivain), ont élaboré des productions plastiques sur le thème de la cartographie prolongées par un travail d’écriture.

Cette exposition a également rendu compte des premières séances d’ateliers d’écriture animés par Bernard Sultan un samedi par mois dans le quartier général de la compagnie, rue Aristide Briand. Ce projet, « la rêverie des rues » qui se prolongera à la saison prochaine s’adresse aux adolescents et aux adultes. Le but de ces ateliers d’écriture ? « Explorer le quotidien, le fil des rues, le fil des jours, les bonheurs et les surprises (…) Se promener dans sa ville, se promener dans sa vie, se promener dans l’écriture, en suivant tous les petits chemins que le stylo invente, fil ténu sur la page blanche. »

TAfficher le texte