Accueil > Points de Fuite > Vieux Condé > Onzieme cadre
XMasquer le texte

Onzieme cadre

Il marche
Seulement il n’y a personne dans mes habits, il dit
Le pantalon marche mais pas moi
Lui flotte au-dessus
Ça donne un drôle d’air
Il se regarde marcher avec pas lui dedans
Pourtant les feuilles jaunes font chlic chlic sous ses pieds
Ça crisse
Tellement presque qu’il se croirait en forêt
Il s’arrête
Les feuilles jaunes se taisent.
Il repart ça re-chlic chlique
Il s’arrête ça re-se tait
Il est là entre deux mondes
La patte en l’air
Les bras en croix
Un oiseau lance pidouitpitidouit
Il regarde le ciel la terre
le ciel la terre
le ciel la terre
c’est gris noir
gris noir
gris noir
Je ne suis pas en forme aujourd’hui, il dit
Il repart
Les feuilles jaunes rechliquent rechliquent
Et du coup ça l’aide
Ce bruit comme un refrain
Ça l’aide à continuer
Vrai de vrai
Le voilà qui flotte moins
Parce qu’il faut bien continuer
Ce n’est pas si triste que ça les feuilles jaunes
C’est presque de l’or, il pense
De l’or
Tout comme toi.

texte © Bruno Allain
son © Simon Paris

TAfficher le texte