Accueil > Points de Fuite > Nangis > Deuxième cadre
XMasquer le texte

Deuxième cadre

La Bossue 2
Ragondin.

Je suis La Bossue. Vous m’avez vue ?
Vous voulez ma photo en plus ? Non mais !
Me demandez pas comment je suis tombée dans ce patelin, ça me retourne le machin.
Ben justement, je suis tombée ! Ça tombe bien.
Je suis tombée d’un train !
Ça avait bien commencé, pourtant. Comme un conte de fées. Gare de l’Est à Paris. Je faisais la manche au Faubourg Saint Martin. Attention, hein, la manche, pas le tapin !
J’n’avais pas ratissé beaucoup, faut dire. Juste de quoi boire un p’tit coup, au comptoir, pour changer. Là, je tombe sur un gars, vous n’me croirez pas. Un peu comme le milord de Piaf, voyez ? Un bien sapé, poli comme tout. J’y demande une pièce, histoire de pas perdre la main. V’là qu’il me tend un billet. Pas un bifton, un billet de train ! Il me dit : « Tenez, j’ai changé d’avis. Je ne veux plus voyager. Vous pourrez toujours le monnayer. »
C’est quoi, c’t’affaire ??
Paris / Nancy, départ le jour même. Dans moins d’une heure. Et en première classe ! Sans blague ! Je n’vais pas la boire cette aubaine-là ! J’y va ! Je veux revoir ma Lorraine natale ! J’emporte pas mon caddy de Franprix, ni mon matelas en carton. Faut voyager léger. Si ça se trouve, ça sera un Pullman, mon carrosse !
Et voilà la princesse embarquée !
Dans le wagon, ils se pinçaient le nez, les autres attachés-cases. Je faisais pavé dans la mare ! Marre, je me casse. Je vais voir au bar si ils me trouvent plus jolie là-bas ! En passant, je tombe sur un compartiment rempli de bidasses. Ils m’offrent à fumer et à boire. Merci mon caporal, moi je fume du gris, pas du bleu !
Qu’est-ce qu’on se marre ! Après j’ai comme un trou. Ils ont dû en avoir soupé de moi. Ils ont dû me balancer par la portière. A la une, à la deux...
Je me suis réveillée dans le fossé, à moitié cabossée. En vrac.
Ni une ni deux, ni vue ni connue, ni quoi ni qu’est-ce. Avec ce méchant torticolis qui ne m’a plus jamais abandonné.
A force d’errer dans les fossés, comme un ragondin, je suis tombée sur ce patelin. Nangis. C’est sûr, c’est pas Nancy. Mais je reste ici. J’ai fini de rouler ma bosse. Je suis pas bien faite pour les voyages et les carrosses.

Texte © Bernard Sultan
Son © Simon Paris

TAfficher le texte