Accueil > Points de Fuite > Barbazan > Dixième cadre
XMasquer le texte

Dixième cadre

Bop alla se réfugier dans un arbre, le plus grand du parc. Il y passa toute la journée. Le soir il vit le parc se vider peu à peu et parmi les dernières personnes à quitter les lieux il reconnut Pablo. Il l’entendit démarrer et prendre la route.

Pablo se rendait à l’hopital où se trouvait Nölde. Elle était hors de danger. Mais un policier était en permanence à ses côtés. Elles avait déballé sa vie aux enquêteurs. Il était temps qu’elle vide son sac. C’était une prostituée contrainte d’assumer les divertissements d’hommes d’affaires véreux lors de week-ends où se traitaient des accords ocultes. Quelques jours plus tôt elle avait eu une altercation avec le truand qui la vendait dans ces soirées « spéciales ». Un certain Monsieur Tony. Ils avaient eu un rendez-vous sous le kiosque. Il lui avait promis la vie si elle changeait d’avis, sinon... A la sortie du dancing vers les six heures du matin, elle avait essayé d’attirer l’attention en criant et les hommes de mains qui voulaient l’embarquer l’avaient abattue sur place. Ils avaient démarré en trombe. Pablo put la voir quelques minutes. Lina se trouvait là. Ils repartirent ensemble.

Bop se sentait fatigué mais au moment de descendre de son arbre il vit des ombres glisser dans le parc et se diriger vers le fameux rocher. Il vit quatre silhouettes grimper et disparaître par un trou dans les feuillages. Les hommes réapparurent. Ils portaient des sacs lourds. Bop attendit longtemps après qu’ils fussent partis.

© Raymond Blard

TAfficher le texte