XMasquer le texte

Mercredi 24 mai 2006

Troisième épisode

Ça bouge
Ça va-vient
Ça te tire doucement
Ça t’échappe Ça te happe.
Tu as l’image de ton père qui regarde la mer
Là dans le miroir de l’eau
Tu ne sais pas pourquoi.
Ça tourne
Ça te retourne
Ça cherche-trouve ce qui tracasse.
Un toit en sacs plastiques au-dessus de ta tête
Ça te fait penser aux sans-abris, aux clandestins
Qui, stoppés à Calais, tentent de gagner l’Angleterre.
Toi, tu es là sur la flotte
Tu te marres le cul plaqué contre le contreplaqué du radeau
Mais eux même sur terre
Ils galèrent, ils dérivent.
Les toits de sacs plastiques
Qui leur servent de logis
Des flics chaque jour les détruisent.
D’un coup, j’aurais presque honte
Ne faire que ça
Écrire le reflet de mes larmes
Dans l’eau grise.

© Bruno Allain

TAfficher le texte