XMasquer le texte

Samedi 20 septembre 2003

Samedi, 20 septembre 2003

Et il commença à me raconter dans sa langue si étrange, une langue non pas faites de mots comme la nôtre mais ressemblant plutôt à de la musique, de la musique qu’on comprendrait car elle parlait directement au cœur, que le monde, à ses débuts, au temps où l’idée même qu’ils puisse un jour y avoir des humains sur la terre n’avait pas de sens, puisqu’il n’y avait pas de terre ; que le monde donc était une minuscule boule de feu, mais d’un feu si puissant qu’il englobait tout l’univers. Et qu’au dessus de ce feu, dans un espace-temps immobile et glacé, il y avait une Truite, une Truite géante qui était obligée de tourner sur elle-même sans arrêt, pour rester en vie, glacée par le froid de son monde et brûlée par l’univers en feu. Or un jour (je peux pas le dire autrement, mais en fait il n’y avait ni jour ni nuit) la Truite, désespérée par son sort, se mit à pleurer. Alors, une goutte d’eau s’échappant de ses yeux de truite vint à tomber sur l’univers. Et dans cette goutte, il y avait la vie !

© Jean-Luc Letellier

TAfficher le texte