XMasquer le texte

Mardi 16 septembre 2003

Mardi, 16 septembre 2003

Et ceux-la même qui criaient à l’assassin ne se gênaient pas pour se décharger de tous leurs déchêts en les jetant du haut du pont. Tout comme ceux qui sont prêts à tuer le type qui ose regarder leur femme mais qui sont incapable de la rendre heureuse. Tiens, je m’en rigole ! Car la Garonne elle est comme une femme, si tu es amoureux d’elle, elle a besoin que tu l’aimes vraiment, que tu lui dise qu’elle est belle, qu’elle est la plus belle du monde, et que tu y croies. Mais sache que jamais, jamais elle ne t’appartiendra. Elle n’appartient qu’a elle-même. Comme toute la terre. Comme la truite que tu viens de prendre. A qui elle est ? A toi ? Jamais de la vie, c’est un cadeau de la rivière ! Et si nous étions moins sauvage, à chaque fois que l’un d’entre nous attrape une truite il devrait la remercier la Garonne, mille fois, plutôt que de se vanter.
« … tu sais, qu’elle m’a dit, il y en a qui sont vraiment amoureux de moi, je le sens quand il marchent dans mes remous, je le sens à la façon qu’ils ont de ne pas me déranger, et crois-moi, ce ne sont pas les plus mauvais pêcheurs, ce sont même les meilleurs et quand ils ne ramènent que trois poissons, c’est parce que les dix autres, ils me les ont rendu… »

© Jean-Luc Letellier

TAfficher le texte