XMasquer le texte

Jeudi 13 septembre 2007

13.09.2007

Aujourd’hui, c’est jour de première. Au fond de la maison de métal, mon gilet gît contre le sol. Inerte, la masse de laine bleue sert de nappe. Deux bouts de cartons font office d’assiettes et nos doigts servent d’outils. Après tout n’y a-t-il rien de plus formidable que de manger avec ses mains ? Anna l’a compris. Elle est devant moi et porte plus d’une fois ses doigts à sa bouche. Le spectacle est unique et il n’est que pour moi. Vous n’en saurez rien.

Nous ne parlons pas. Le silence se promène autour de nous, s’arrête et nous serre fort dans ses bras. Il nous réconforte. Je suis à quelques centimètres d’Anna et pourtant… Je suis beaucoup trop loin déjà. J’inspire profondément, à plusieurs reprises, savourant la complexité des parfums que l’air ambiant dégage. Dehors, le vent bourrasque, la mer s’excite et j’entends les autres qui se battent ardemment contre les bizbiteuses qui dévorent l’île.

La nuit s’installe. Tranquillement. Dans quelques minutes les autres profiteront d’un moment de répit, car les abeilles, une fois la nuit tombée, allez savoir pourquoi, disparaissent soudainement. Mais où vont-elles ?
Sur cette île il n’y a plus rien. Que du sable et un conteneur à déchet qui nous sert de maison. Plus tôt que prévu, les autres reviennent, épuisés
de leur guerre.

La fête s’engage. Elle est énergique, chaude, les bouteilles se vident pendant que les recrues alignées sur la table se font à tour de rôle sauter
le bouchon. Les verres se cognent de plaisir, les désirs sortent de leur cachette abusant de l’ivresse, mais un tapis de tristesse recouvre le sol.
Le plancher change de peau en se pelant de sa peinture verte sous la folie des pieds qui dansent. La nourriture est fameuse…

Fatigué par l’alcool je sors à l’extérieur. L’air est frais. J’enfile alors le fameux gilet bleu qui reprend vie. Je constate que l’île n’existe presque plus. Bientôt nous serons à la mer. Le drame m’affecte peu, pour ne pas dire pas du tout. D’abord parce que je suis gris et surtout parce que je fantasme à l’idée qu’Anna sorte me rejoindre. Mais elle ne viendra pas. Je m’admets alors qu’il serait préférable de rentrer dormir ou boire encore. Je tourne le pas quand soudain, quelque chose remonte à la surface de l’eau.

© Pascal Lafond

TAfficher le texte